Avertissement des dangers de la mise en place de la 5G : Les effets des ondes électromagnétiques sur le système immunitaire

Les effets des ondes électromagnétiques sur le système immunitaire

Aide à la compréhension des phénomènes observés

 

 

Les incidences des ondes éléctromagnétiques via l’utilisation du portable sur notre santé sont aujourd’hui connues. Les études ne manquent pas et confirment que nous sommes tous impactés par les effets de ces ondes qui peuvent provoquer ou favoriser certaines maladies comme des cancers de type Schwannome vestibulaire et Gliome (cf. Étude Interphone et étude de Hardell et al., lien des pages internet en fin d’article). Pour chacune d’entre elles, il est établi que le facteur risque de contracter ces maladies est proportionnel à la durée d’utilisation du portable au cours des années d’utilisation, de sa fréquence journalière et de la puissance du champ émis par les antennes émettrices.

Les exploitants de téléphonie mobile, et autres réseaux numériques et leur lobbyistes ne cessent de remettre en cause ces faits établis en qualifiant ces études comme insuffisantes dans les méthodes de recrutement des données, allant même jusqu’à parler de preuves non fiables. Il s’agit pourtant bien d’études scientifiques réalisées par des organismes fiables et reconnus et respectant le cadre éthique et réglementaire ! Dans ce climat qui tend à étouffer, réduire ou retarder les prises de décisions par les grandes instances pour protéger la santé de nos populations, les annonces officielles sont bien maigres et l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) se contente de classer les radiofréquences comme « cancérogènes possibles pour l’homme ». En revanche, on peut noter qu’il n’existe aucune étude permettant de conclure de manière définitive de l’absence d’effets des champs électromagnétiques sur la santé…

Reprenons maintenant de manière clarifiée et aisément compréhensibles les faits établis de différentes études concernant les phénomènes observés sur l’action des ondes électromagnétiques artificielles sur notre système immunitaire, impliqué dans le développement des cancers par sa défaillance à identifier et détruire les cellules cancéreuses. Le dysfonctionnement du système immunitaire est à craindre autrement comme en charge de nous défendre contre les bactéries, microbes pathogènes, les virus, les parasites ….

En réalité ce ne sont pas les résultats expérimentaux connus qui sont manquant mais les clés de compréhension pour relier ces études entre elles et les interpréter sur la base des principes physiques et biologiques!

Quelques précisions :

  • Les ondes électromagnétiques existent dans notre corps et dans notre environnement (rayon de soleil, matière) et leur champ global est relativement constant dans sa fréquence et sa puissance. Il constitue ce qu’on peut appeler le bruit de fond.
  • Des cellules du système immunitaire comme les lymphocytes T sont chargés d’identifier les organismes et cellules présentes dans notre corps et les détruire si elle représentent un danger.
  • Le bon déroulement de ce processus d’identification ne peut se faire que dans un profil énergétique spécifique. Ce profil est une évolution cyclique de la fréquence énergétique au cours du temps. Dans un bruit de fond de champs électromagnétiques normal et naturel, les antigènes cibles (pathogènes) de part la vibration de leur plus petit constituants vont bloquer une transition normal entre les fréquences lors de ce cycle et cela conduit à un nouvel état énergétique. C’est cet état « inhabituel » qui caractérise alors l’antigène comme cible et permet à nos cellules immunitaires sa reconnaissance :

Il est alors plus simple de comprendre que toutes ondes artificielles auxquelles nous sommes exposées inhibent le déroulement normal de reconnaissance des antigènes cibles.

  • Ce qui est encore plus inquiétant depuis l’apparition du réseau 4G c’est que les téléphones de cette nouvelle génération ont la capacité de recevoir plusieurs fréquence  (hautes et basses fréquences) en même temps. Avec la 5G ce sera encore pire comme les plages de fréquences vont être encore plus étendues avec de nouvelles ondes millimétriques de fréquences encore plus hautes qu’aujourd’hui. L’intérêt pour les fournisseur d’accès étant de pouvoir disposer de plus de plages de fréquences pour augmenter débits, couverture du réseau et éviter les coupures.

Ainsi ce qui perturbent le plus nos cellules immunitaires et les rendent déficientes sont surtout les changements de fréquences des ondes auxquelles nous sommes soumis. Ce facteur de risque sera encore plus élevé avec la 5G puisque plus de plage de fréquence différente seront émises. La 5G va également augmenter un second facteur de risque sanitaire lui aussi étudié : la puissance des ondes émises :

En dehors des intérêts pour la population défendus par les fournisseurs avec ce nouveau réseau 5G et dans un monde où il nous est déjà donné de pouvoir échanger, contacter les services de première nécessité, échanger des photos et vidéos sur la quasi totalité du globe et avec une qualité de service largement suffisantes, est il nécessaire d’en vouloir encore plus quand en face tout ces risques sont évalués. Le plus à plaindre sont nos plus chères enfants qui vont cumuler les années d’expositions par une utilisation de ces réseaux depuis le plus jeune âge ! Les dangers pour des utilisateurs sur 30, 40 ou 60 ans ne peuvent être encore vérifiés. Voulons nous vraiment risquer notre santé pour plus de débit?

Face aux éléments scientifiques en notre possession aujourd’hui, feindre de ne pouvoir reconnaître les effets délétères sur notre santé des ondes électromagnétiques artificielles, qui vont être démultipliées par la mise en place de la 5G, ne sommes nous pas devant un véritable déni du risque ?

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
8 × 7 =